AccueilPolitiqueBrexit : toujours des inquiétudes

Brexit : toujours des inquiétudes

Le Président François Hollande a insisté hier à son arrivée au sommet de l’Otan, à Varsovie, sur le fait que la Russie n’était ni un « adversaire », ni une « menace ». « L’Otan n’a pas du tout vocation à peser sur les relations que l’Europe doit avoir avec la Russie », a-t-il déclaré devant la presse.

Nombre de pays de l’Otan, notamment ceux d’Europe orientale, estiment que la Russie, qui a annexé la Crimée et est accusée de soutenir la rébellion séparatiste dans l’est de l’Ukraine, ce qu’elle dément, constitue une menace directe pour leur sécurité.

Le sommet de Varsovie doit notamment entériner un renforcement militaire en Europe centrale sans précédent depuis la fin de la Guerre froide.

Dans une tribune publiée hier dans le « Financial Times », le président américain Barack Obama insiste aussi sur la « menace » que « l’agression » russe en Ukraine représente pour « notre vision d’une Europe en paix ».

Barack Obama a aussi mis en garde hier contre tout Brexit qui traînerait en longueur et ajouterait aux défis de l’Europe et de l’Otan. « Personne n’a intérêt à des négociations conflictuelles et prolongées » sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, a-t-il lancé à l’issue d’une rencontre avec les dirigeants de l’UE.