AccueilEconomieEntreprise. Ça roule pour les Transports Croissant

Entreprise. Ça roule pour les Transports Croissant

Depuis plus d’un demi-siècle, l’entreprise de transports divers (en commun, ambulance, tourisme) est implantée dans le paysage du Poher, dans le Finistère. Mathieu, 3e génération de Croissant, va prendre la relève.

C’est en 1952, à Maël-Carhaix, que Marie et François Croissant, jeunes mariés et agriculteurs de métier, pensent à se reconvertir dans une activité commerciale. Au début, l’idée de tenir un café leur trotte dans la tête. Finalement, ils s’orientent vers les transports en commun. Aujourd’hui, c’est la troisième génération de Croissant, Mathieu, qui s’apprête à prendre la relève.

Vaches, poules et cochons

Jean-François, le patron actuel de l’entreprise et le fils unique de Marie et François, se rappelle : « Mes parents avaient deux enfants, l’entreprise et moi. Au début, ils ont commencé leur activité avec un car de 45 places, ils proposaient un service de transport de proximité aux habitants des petites communes qui en étaient bien souvent dépourvus. Ils assuraient à la fois les grands événements et les marchés. Ils emportaient veaux, vaches, poules et cochons dans une remorque derrière le car. Il y avait parfois tellement de monde que les plus jeunes montaient sur la galerie du car ! »

L’entreprise assurait également la livraison de denrées diverses, notamment le charbon. Jean-François se souvient du développement de l’entreprise : « Mes parents ont été un temps correspondants de la Sernam (SNCF). En 1969, l’entreprise déménage à Carhaix, profitant d’une opportunité par le rachat de l’entreprise Guenver, dont aucun fils ne souhaitait reprendre la suite. C’est alors que l’entreprise se développe et s’élargit en créant une activité de taxis-ambulance. En tant que fils unique du fondateur, je devais rejoindre l’entreprise en devenant gérant, en 1986. »

Transport et cars Croissant, c’est aujourd’hui six cars grand tourisme, trois cars scolaires, deux cars de capacité moyenne et un petit car qui est en train de rejoindre la flotte.

Fidélité et cohésion sociale

L’entreprise compte quinze employés : c’est d’ailleurs la fierté de Jean-François, qui a su maintenir la cohésion sociale dans l’entreprise. « Les chauffeurs sont fidèles depuis plus de quarante ans pour certains comme Claude Disserbo, Jean Monfort ou Michel Cloarec. Nous travaillons tous ensemble : je conduis, mon épouse et mon fils Mathieu sont eux aussi au volant et assurent les transports, les urgences ainsi que les tours de garde comme les autres chauffeurs. »

« Aujourd’hui, on est loin de la voiture – l’ID19 break – de mes parents, qui faisait ambulance en rabattant les sièges et transport en commun en les remontant, et en cachant le gyrophare avec une chaussette ! » sourit Jean-François.

Le passage de rênes à son fils doit se faire bientôt. « À 67 ans, il faut penser à passer la main, explique le patron. Ma fille a choisi une autre voie : la haute finance. Alors ce sera à Mathieu de prendre le relais. Il faut un Croissant à la tête des Transports Croissant ! »

Pour Mathieu, relever le défi commence par pérenniser l’existant : « Nous avons pour ambition d’assurer à nos clients un service personnalisé basé sur des relations de confiance et de proximité grâce à notre ancrage très fort sur Carhaix, le Poher et le Centre Bretagne. Je souhaite développer les voyages organisés à la carte et à la demande. »

Futurs voyages

Les voyages Croissant à venir : mardi 26 juillet, le pardon de Notre-Dame d’Auray, 30 € pour l’aller-retour ; samedi 10 septembre, excursion à la Cité de la voile à Lorient et à la citadelle de Port Louis, visites guidées et repas du midi, 75 € ; du 17 au 24 septembre, une balade de huit jours en Camargue et Provence, Sète, Aigues-Mortes, Avigon, Sainte-Marie-de-la-Mer, Nîmes, le pont du Gard, Montpellier, 895 €.