AccueilEuro 2016 : En France le tourisme parisien ne parvient pas à tirer son épingle du jeu

Euro 2016 : En France le tourisme parisien ne parvient pas à tirer son épingle du jeu

Depuis les attentats du 13 novembre, la ville de Paris ne fait plus partie des destinations préférées des touristes étrangers. On s’attendait à ce que l’euro puisse redorer le blason du tourisme en attirant le plus grand nombre de touristes, mais les choses ne semblent pas aller mieux.

Actuellement les professionnels du tourisme font face à des difficultés qui s’enchaînent. Tout a commencé avec les attentats de novembre à Paris qui ont débouché sur la promulgation de l’état d’urgence.

Au début de l’année, ce fut au tour des taxis d’entrer en grève, au mois de mars, ce sont encore des attentats qui vont mettre à mal le tourisme avec les attaques de Bruxelles. S’ensuivront les heurts au cours des manifestations contre la loi travail.

Le mois de mai a été marqué par les pénuries d’essence suite au blocage des raffineries, la crue de la seine, l’assassinat des deux policiers en juin, la grève du ramassage des ordures, plusieurs jours de précipitation et lors de l’euro 2016, les USA ont déconseillé à leurs ressortissants de visiter la France exposée à un risque d’attentats terroristes.

Les musées sont de moins en moins fréquentés, c’est la même chose pour les magasins. Face une telle lecture, les touristes français et étrangers passent moins de temps dans la ville de paris. Le cabinet Protourisme, indique que cela fait deux ans que la ville subit les revers d’une publicité qui joue en défaveur.

La tour Eiffel est de moins en moins fréquentée, les touristes japonais ou chinois choisissent d’autres destinations face au refus des assurances qui ne veulent pas les supporter quand ils se rendent dans un pays en état d’urgence. Des enseignes comme les Galeries Lafayette Haussmann, enregistrent une baisse de 10 à 15 % de visites alors que 50% de ses visiteurs est représentée par les étrangers.

Et ce ne sont pas les marques de luxe qui seront épargnées par ce phénomène car celles-ci ont remarqué une baisse de 23% des achats des étrangers au mois d’avril, d’après Global Blue, expert de la détaxe. « Paris n’est pas encore sorti du tunnel, note Christian Mantei, directeur général d’Atout France. En 2015, Paris a enregistré un taux de fréquentation en stagnation et celui-ci n’a pas évolué au point de baisser de 15 à 20%. Et ce ne sont pas les supporters qui arrangent les choses.