AccueilLondres vacille comme siège unique de la future Bourse germano-britannique

Londres vacille comme siège unique de la future Bourse germano-britannique

Deutsche Börse a entendu les critiques en Allemagne sur le projet de localiser la « superbourse » au Royaume-Uni après le Brexit. Une alternative serait d’avoir un siège partagé entre Londres et Francfort.

Deutsche Börse a publié mardi un communiqué de presse qu’il faut lire entre les lignes. La fusion planifiée avec la britannique LSE devra « remplir toutes les demandes des régulateurs », y est-il écrit. Cela semble une lapalissade, mais signifie en creux qu’en conséquence du Brexit, le siège de la holding de tête du futur groupe pourrait ne plus être logé à Londres.

Au siège actuel de la Börse à Eschborn, près de Francfort, on ne commente pas officiellement ce qui n’est encore qu’une déduction circulant dans divers médias. Il n’empêche, on a entendu le signal envoyé dernièrement par divers acteurs importants dans l’entourage de la Börse. Tant le régulateur financier allemand Bafin que le gouvernement de la Hesse, l’autorité de tutelle de la bourse allemande, ont exprimé des vives réserves à l’idée de voir le siège de la future société localisé à Londres, qui ne va plus faire partie de l’UE.

Mardi, le patron de Deutsche Börse, Carsten Kengeter, a encore fait la promotion du projet de fusion auprès de grands actionnaires du groupe. La question du lieu du siège devra être tranchée tôt ou tard. Selon le Handelsblatt, qui cite des sources financières, un siège double, partagé entre Francfort et Londres, serait le nouveau scénario envisagé. Le patron de la Börse, qui doit prendre la tête du groupe fusionné, aurait « promis » cela aux principaux actionnaires, selon un autre journal, le Süddeutsche Zeitung. Une domiciliation seulement à Francfort voire dans une autre ville « neutre », comme Amsterdam, seraient également à l’étude, rapporte le Handelsblatt.

Solution juridique à l’étude

Détail piquant, la déclaration de l’opérateur allemand est intervenue sans être co-signée par la bourse anglaise. Explication : le communiqué est intervenu à l’issue d’une réunion extraordinaire du conseil de surveillance de la Börse, lequel a été convoqué après la vente fin juin de la filiale américaine ISE. Après ce changement de périmètre dans le groupe allemand, la Börse a redit mardi sa conviction que le projet de fusion avec Londres était bénéfique pour toutes les parties.

Après le vote lundi, à 99,9%, des actionnaires de LSE en faveur de la fusion , l’approbation du côté des actionnaires de Deutsche Börse est attendue d’ici au 12 juillet. Il faut que 75% des actionnaires de la Börse approuvent le projet. Francfort s’attend aussi à un vote large en faveur du projet, bien que les deux entités n’aient que 30% d’actionnaires en commun.

Reste que changer maintenant la domiciliation du nouveau groupe sera compliqué, car les actionnaires ont eu à se prononcer sur un document indiquant noir sur blanc que le siège de la société sera à Londres. Cela ne peut plus être changé. Mais dans l’entourage de la Börse, on dit étudier une « solution juridique » qui serait acceptable « sans devoir tout recommencer à zéro ». Un « comité référendum », constitué après le vote sur le Brexit, sera chargé d’émettre des recommandations en la matière aux organes de direction des deux entreprises candidates à la fusion. Il est composé à parité d’acteurs de la Börse et de LSE.. Selon nos informations, la date de sa première réunion de travail ne doit plus tarder.