AccueilEconomieNucléaire : Bruxelles accepte le rachat d’une partie d’Areva par EDF

Nucléaire : Bruxelles accepte le rachat d’une partie d’Areva par EDF

Lundi 29 mai, la Commission européenne a validé l’acquisition par EDF de New NP, qui regroupe la fabrication des réacteurs nucléaires d’Areva. Les autorités de la concurrence qui examinent cette restructuration pour éviter tout apport d’Etat étudiait ce dossier délicat depuis le 18 avril.

Les autorités se sont réunies avec les représentants d’Areva, tandis que les concurrents et les clients d’EDF ne se sont pas opposés.

La Commission souligne que « la transaction ne violait pas les règles de concurrence ». Elle donne donc son accord sans condition.

Restructuration de la filière et sauvetage d’Areva

Ce rapprochement entre EDF et New NP lancé par François Hollande en juin 2015 est le point de départ pour la restructuration de la filière nucléaire et le moyen pour sauver Areva qui a enregistré des pertes de plus de 10 milliards d’euros de pertes entre 2011 et 2016. D’ailleurs, Emmanuel Macron, ministre de l’économie avait indiqué que c’était une filière d’avenir en France et au niveau mondial.

EDF avait d’ailleurs annoncé en décembre 2016 qu’il allait racheter jusqu’à 75% d’une partie de New NP dont la valeur augmente à 2,5 milliards. Mais elle vise uniquement prendre le contrôle de 51% uniquement et le reste devrait être partagé entre les associés industriels français ou étrangers. En ouvrant ce capital aux actionnaires, la commission de la concurrence voulait être rassurée pour ne pas qu’elle croit qu’il s’agissait d’une aide d’Etat dissimulée. En gros, c’est EDF qui possède 83% du capital.