AccueilPour quelles raisons Telecom Italia attire-elle les 2 géants français Niel et Bolloré ?

Pour quelles raisons Telecom Italia attire-elle les 2 géants français Niel et Bolloré ?

Vincent Bolloré, PDG de Vivendi, expert du capitalisme italien et célèbre en Italie auprès des grands patrons d’une part, et Xavier Niel, patron de Free France, expert en télécoms d’autre part, sont deux géants français qui ambitionnent Telecom Italia qui leur devient un terrain de combat en dehors de France où ils se sont évités. L’intéressement de ces deux français au capital de la société italienne fait réagir son président Giuseppe Recchi et mobilise la classe politique italienne ainsi que le gouvernement italien qui ne minimise pas ces entrées.

Telecom Italia : son évolution dans le temps et dans l’espace

Telecom-ItaliaA noter que Telecom Italia est un groupe privé de télécommunication. En 2013, Telecom Italia a vendu ses activités à Telecom Argentina. Elle s’est désendettée puis elle s’est fait acheter par Telefonica.

En mai 2015, 40% de sa filiale disposant d’antennes relais sont introduits en bourse. En juin 2015, Vivendi s’est procuré 14,9% du capital de Telecom Italia, puis le 06 octobre 2015, il a annoncé d’en avoir détenu 19,9%. Le 29 octobre 2015, Xavier Niel, à titre personnel, déclare avoir acheté les 11,2% du capital de Telecom Italia qui devenait 15,1% le lendemain même. La société Ni ILiad de Niel n’est pas impliquée dans ces acquisitions de capital de Telecom Italia, tel qu’il a aussi acheté Monaco Telecom et Orange suisse d’une manière personnelle.

Les intérêts convoités par Niel et Bolloré chez Telecom Italia

Selon les dernières informations, Vivendi possède effectivement 20,4% du capital de Telecom Italia pour devenir le premier actionnaire. Vincent Bolloré a toujours voulu devenir actionnaire de long terme de télécoms et élargir ses activités en Europe du Sud, selon ses déclarations qu’il confirme par ces investissements. Xavier Niel n’est pas en reste et défie les mouvements de Bolloré. Il a investi plus de 1,7 milliards d’euros pour acquérir une partie du capital de Telecom Italia.

Il y a intérêt dans tous ces investissements des deux géants français dans le capital de Telecom Italia, mais il y a surtout un défi qui n’en finit pas. Niel va apporter des améliorations pour Telecom Italia en suggérant des performances aussi bien en Italie qu’en Brésil. Désormais, il est le deuxième actionnaire de Telecom Italia après Vincent Bolloré de Vivendi. Le combat se poursuit.