AccueilRenault-Nissan interpellé sur des « pratiques antisyndicales » aux Etats-Unis

Renault-Nissan interpellé sur des « pratiques antisyndicales » aux Etats-Unis

Les syndicats américains United Auto Workers (UAW) et de nombreux syndicats français dont la CGT, CFDT, FO, CFE-CGC) comptent se mobiliser mardi devant le siège de Renault pour appeler  » Carlos Ghosn à s’appesantir sur les méthodes antisyndicales de l’alliance Renault-Nissan aux Etats-Unis », d’après un communiqué.

A travers cette action, l’UAW veut révéler les difficultés qu’il a rencontré pendant de nombreuses années pour mettre en place une représentation syndicale au sein de l’usine Nissan de Canton, basée dans le Mississippi.

L’UAW été très oppressée par l’instance dirigeante de cette usine qui emploie 5.000 travailleurs pour « obliger les salariés à abandonner la mise en place d’un syndicat sur dans l’usine qui demande l’appui de 30 % des employés ».

Les organisateurs indiquent que 40 à 50 responsables syndicaux devront participer au rassemblement qui sera organisé dès 7H45 devant le siège du constructeur à Boulogne-Billancourt lieu où sera également organisé un comité de groupe le matin.

Le groupe automobile a répondu en indiquant que « dans tous les pays où Nissan est installé, respecte les aspects légaux et réglementaires, il tient également compte de la loi qui régit et protège le travail et s’attèle également à ce que tous les travailleurs soient informés de ces lois, et puissent avoir une connaissance de leurs droits, donner leur avis et puisse choisir celui qui devra les représenter ».

« Le fait de faire partie ou non d’un syndicat est une décision qui revient totalement aux employés. Donc, le groupe appui les travailleurs quand ils veulent désigner les personnes qui vont les représenter ».

Mais cette affaire n’est pas passée inaperçue chez certains politiques comme Cécile Duflot, Bruno Le Roux et Noël Mamère, Vincent Peillon qui ont adressé une lettre à Carlos Ghosn, président de l’Alliance Renault-Nissan, le 8 juin en demandant l’instauration du dialogue social et que cesse les blocages à son déploiement soient arrêtés rapidement sur le site de de Canton.