AccueilEconomieTF1 : des chiffres en chute libre

TF1 : des chiffres en chute libre

La chaîne de télévision TF1, qui dominait jadis le paysage médiatique français, traverse actuellement une crise sans précédent. Face à l’essor des plateformes de streaming et de vidéo à la demande, la TV peine de plus en plus à attirer les spectateurs. L’ère de la télévision semble toucher à sa fin.

En 1995, la chaîne TF1 détenait 37,3% de parts du marché de la télévision française. En 2014, ses parts du marché sont tombées à 22,9% et ne cessent de chuter depuis lors.
De même, en 2015, le chiffre d’affaires du groupe a diminué de 87,4 millions, soit 4,2M de moins qu’en 2014. Au total, la chaîne a généré un CA de 2,004 milliards d’euros.

Des revenus publicitaires en baisse

Cette baisse est principalement liée à la perte de revenus publicitaires, dont TF1 tire environ 60% de son CA.  Alors que la chaîne fédérait 40% d’investissements publicitaires bruts des investisseurs en 2010, elle n’en rassemble plus que 33%.

Les investisseurs souhaitent désormais diffuser leurs publicités sur les nouveaux médias d’internet, comme YouTube ou Dailymotion. Ces plateformes, autrefois méprisées par la télévision, attire désormais beaucoup plus les jeunes que la télévision. Aux États-Unis, internet a déjà pris le dessus, et la télévision française semble condamnée au même sort.

En 2014, les investissements publicitaires à la télévision s’élevaient à 3,2 milliards d’euros contre 3,4 milliards d’euros en 2010. Au contraire, la publicité sur internet est passée de 1,5 milliard d’euros en 2010 à 2,5 milliards d’euros en 2014. La publicité sur internet s’avère en effet plus rentable, moins chère, plus facile à cibler, et ses performances sont plus faciles à évaluer. Avec 22 millions de visiteurs français par mois, YouTube représente une réelle menace pour la télévision.

TF1 fait face à la TNT

Au même titre que les chaînes du groupe France Télévision, TF1 doit également faire face à la concurrence des chaînes gratuites de la TNT lancées en 2005. Autre source d’inquiétude pour la première chaîne française : l’essor des offres de vidéo à la demande comme Netflix ou Zive. En 2014, le marché de la VOD a progressé de 8% en une seule année. La télévision en replay rencontre également une forte croissance, avec une hausse de 50% du nombre de contenus visionnés entre septembre 2014 et août 2015.

Ces différentes plateformes semblent en effet combler les principales lacunes de la télévision française. Devant la télévision, le spectateur est restreint à des programmes formatés spécifiquement, diffusés à une heure précise, et entrecoupés de publicités mal ciblées. Or, les plateformes de streaming et de VOD laisse au spectateur la liberté de choisir ce qu’il veut regarder, et à l’heure qui lui convient.

Enfin, les plateformes comme YouTube laisse plus de liberté de création aux vidéastes. Tout un chacun peut aujourd’hui se faire un nom en proposant des vidéos de qualité, sans avoir à s’attirer la bienveillance des grands pontes de l’industrie télévisuelle. Les codes et les règles qui ont fait le succès de la télévsion française de longues années, risquent aujourd’hui de mener TF1 et les autres chaînes à leur perte face à l’ouragant créatif des nouvelles plateformes. Le déclin de la télévision semble aujourd’hui inexorable.